LA (cie) SID

LA (cie) SID est une jeune compagnie contemporaine, qui s’est créée autour du duo de cadre aérien et d’acrobatie d’Antoine et Inès, suite à leur sortie de L’Académie Fratellini en juillet 2016. Peu après, Charles, régisseur son et bruiteur, les a rejoins pour leur première création L’Ironie d’un saut, en production déléguée avec la Coopérative De Rue et De Cirque. En octobre 2017, Clément Zout Devys les rejoint pour la création lumière.

Depuis décembre 2017 la compagnie s’est basée à Bourg-Saint-Andéol, où Antoine et Inès sont artistes co-habitant à La Cascade, Pôle National des Arts du Cirque.

Depuis octobre 2018 il se lance dans une nouvelle création, CONTRE-TEMPS.

Antoine et Inès, après bientôt 8 ans de création et de voltige, se sont construit un univers à cheval entre réalité et fiction. ils concentrent leur numéros, essais, spectacles, autour d’un thème différent. Mais chaque fois, le spectateur est emmené en zone instable, qui parfois dérange, mais surtout, questionne le réel.

« Le cirque est un gros mot. Car il porte en lui l’extraordinaire, le décalé, voire l’indécent et l’anormal. C’est le lieu où le public peut, par procuration du corps des artistes, dépasser la limite du convenu et du convenable. C’est un mot qui contient ce que l’on ne peut contenir. »

 

Inès Maccario

portrait Inès

 

Inès grandit à Marseille jusqu’à l’âge de 11 ans. Ensuite, elle vit à Bruxelles,
jusqu’à ce qu’elle obtienne son bac et intègre les écoles de cirque profession-
nelles. Après 6 ans de formation dans les arts du cirque, dont 5 passées avec
Antoine Deheppe, Inès a acquis, en plus de la voltige aérienne, de solides bases
en acrobaties et équilibre, mais également des connaissances en danse, jeu
d’acteur et écriture. Elle participe à de nombreuses créations avec son partenaire, dans le cadre de sa formations et, à l’issue de leurs études, elle met en scène et crée avec Antoine Deheppe en 2017 L'Ironie d'un saut. Elle collabore également avec le Cirque Rouage.

 

Antoine Deheppe

Portrait Antoine
Antoine découvre le cirque au “Centre Social et Culturel du Parmelan” qu’il ne quitte plus jusqu’à ce qu'il intègre pour deux années le “Centre des Arts du Cirque Balthazar”.
Il y rencontre Inès. Avec elle, il passe le concours d’entrée à “l’Académie Fratellini” où il participe à plusieurs mises en scène, en tant que porteur cadre aérien et acrobate, malgré une blessure qui l’handicape toute une année. Il obtient son diplôme en juin 2016 ainsi qu'une licence théâtre de l'université Paris 8.
Il participe à l’élaboration de L’Ironie d’un saut (Juin 2017).

Il rejoint l'équipe de Fallait Pas Les Inviter. Compagnie avec laquelle il crée Avec ceux-ci?

Charles Dubois

Charles Dubois
Il a collaboré avec les studios de TCV, les Studios Gühmes, le collectif art de la scène et numérique Iduun où il crée une performance audio vidéo, Exil. En 2010, le collectif crée le spectacle Kadâmbini (finaliste du prix Jeune Talent en 2011) qui mélange nouvelles technologies, trucs et astuces du théâtre et du cinéma. Le spectacle tourne en France et à l’étranger (Mapping Festival de Genève, Gaîté lyrique à Paris). En parallèle, Charles intègre le collectif Aux Temps d’Alex qui propose un live interactif mêlant vidéo, musique et bruitages en direct, associé à une déambulation. Il travaille avec S.Loghman pour Puzzle, diffusé à la Géode. En 2015, Charles rejoint l’Académie Fratellini comme régisseur son auprès des compagnies Eponyme, Un loup pour l’homme, J.Thomas… En 2016, il rejoint l’équipe de la compagnie SID et devient régisseur et créateur son de L’Ironie d’un saut.

Cécile Le Glouët

Cécile Le Glouët

Les artistes avec lesquels elle travaille la présente souvent comme leur « chargée de plein de choses ». Elle se définie elle comme « dame de compagnies ».
Cécile Le Glouët a grandi jusqu’au milieu des années 80 dans une cité HLM de la banlieue rouge de Paris.
Un contexte social et politique qui va sans aucun doute façonner sa future vie professionnelle.
Elle a en effet bénéficié d’un accès à la culture rendu possible grâce à des enseignants passionnés, à une politique culturelle municipale volontariste, à des artistes engagés et soucieux d’aller à la rencontre du public.
Un pur produit de la décentralisation théâtrale et de l’action culturelle, en somme.
Après un baccalauréat littéraire, elle s’oriente vers des études d’histoire médiévale mais se lasse assez vite du cocon de l’université et de ces études « hors sol », loin du terrain.
Elle abandonne son mémoire sur les églises du XII ème siècle et entre en 1993 au Théâtre de la Bastille (Paris) comme stagiaire aux relations avec le public, faisant ainsi un clin œil à son histoire personnelle.
Elle ne devait y rester que 3 mois, elle y travaillera finalement 5 ans en qualité d’assistante puis chargée des relations publiques.
Elle y découvre le travail au quotidien avec le public et les compagnies.
Cécile pense naïvement mais absolument sincèrement qu’un geste artistique, qu’un spectacle, peut sauver une vie ou du moins la rendre plus acceptable. Ce fut son cas et depuis elle s’attèle à faire en sorte que les projets et les engagements artistiques auxquels elle croit soient possibles, soient connus et surtout soient partagés par le plus grand nombre.
Depuis 1999, elle travaille à la diffusion et la communication de compagnies de danse et de cirque :
- Alban Richard / L’Ensemble Abrupt (de 2000 à 2004)
- Jean-Christophe Bleton / Les Orpailleurs (depuis 1999)
- Jeanne Mordoj / cie BAL (depuis 2012)
- Nathan Israël et Luna Rousseau / Le jardin des délices (depuis 2015)
Elle collabore également sur des missions ponctuelles notamment pour des spectacles jeune public (Cie Les Escaboleurs, Théâtre « T », Le Spectacle
de Poche, La Libentère…)
En 2017, La Coopérative De Rue et De Cirque lui propose d’accompagner la diffusion et la communication de "L’Ironie d'un saut", la première création de la toute jeune LA (cie) SID.